Village Suisse ONG

ACCUEIL

NOS ACTIVITES

NOS PROJETS

 COMMENT NOUS AIDER

INTEGRATION DES ETRANGERS

BULLETIN D'INFORMATION

NOS PARRAINS

CALENDRIER

 


 

 

 Les centres multimédias communautaires

Conçus à la fin des années 90, les Centres Multimédias Communautaires participent des efforts de l’UNESCO pour réduire la fracture numérique et mettre les Technologies de l’Information et de la Communication au service du développement des communautés marginalisées.

 

L’originalité des CMC réside dans le fait qu’ils constituent une plate forme unique qui intègre la radio communautaire et un centre d’accès communautaire qu’i s’appelle télécentre, centre de ressources, cyberespace pour permettre aux communautés démunies de se familiariser avec les TIC et de les utiliser pour résoudre les problèmes auxquels elles sont confrontées.

 

Des expériences menées en Asie et en Afrique et dans les Caraïbes ont permis de démontrer que les CMC pouvaient aider à surmonter les obstacles liés à la faiblesse des infrastructures et des moyens financiers, à la forte prévalence de l’analphabétisme pour permettre à la majorité des populations d’accéder aux TIC et de bénéficier de toutes les opportunités qu’elles offrent. C’est pourquoi, l’UNESCO appuyée par l’Agence Suisse pour le Développement et la Coopération s’est engagée pour diffuser à grande échelle les CMC dans 3 pays : le Mali, le Mozambique et le Sénégal.

 

Au Sénégal, l’affirmation d’une claire volonté politique d’accélérer le développement des TIC et des téléservices en particulier et d’appuyer le développement des radios communautaires, l’existence d’une bonne infrastructure de télécommunication, la présence d’un important et dense réseau d’organisations sociales, professionnelles communautaires sont autant d’atouts pour une implantation à grande échelle des CMC dans notre pays.

 

Le 12 octobre 2004, le gouvernement du Sénégal et l’UNESCO ont signé le Plan d’opération du projet de passage à grande échelle des CMC. Le projet vise à doter le Sénégal d’un réseau de 20 CMC en deux ans et par ce biais de :

- contribuer à réduire la fracture numérique ;
- faciliter l’accès et l’appropriation des TIC par les communautés ;
- contribuer à réduire la pauvreté en permettant aux populations de résoudre les problèmes de développement auxquels elles sont confrontées ;
- renforcer les capacités des populations.

Les possibilités et produits d’un CMC

 

Le CMC est une structure qui combine et articule dans le même espace la radio communautaire et les centres d’accès communautaires à Internet télécentres, centres de ressources, cyberespaces. Il est composé d’une radio, (le plus souvent une « valise-radio »), et d’un cyberespace disposant d’ordinateurs reliés à Internet.

 

En créant une passerelle directe entre la radio, outil de communication de masse et Internet, le CMC facilite l’accès des communautés surtout pauvres et marginalisées aux formidables ressources des technologies de l’information et de la communication. Des domaines tels que : le développement agricole, la santé et VIH/SIDA, l’économie, l’environnement et l’assainissement, les situation des femmes, des jeunes, des personnes handicapées, la gouvernance locale, le patrimoine culturel et artistique seront au centre des activités des CMC.

 

Dans un CMC, la radio communautaire peut aider à initier le grand public aux TIC, offrir un accès indirect de masse aux informations en ligne et de faire participer la communauté, même analphabète à l’accès, à la collecte et aux échanges d’informations.

 

Dans un CMC, les services offerts par le télécentre (navigation, courrier électronique, stockage et traitements de données, production multimédia, etc.) permettent en retour à la radio communautaire d’enrichir le contenu de ses émissions, de diversifier son offre de programme et d’impliquer les populations dans l’animation de la radio.

 

Dans un CMC, des services payants peuvent aider les membres de la communauté à se former, à gérer leurs activités, à trouver de nouveaux débouchés, à mieux rentabiliser leurs activités économiques grâce aux prestations offertes sur place.

 

Les CMC auront donc une fonction de :

- diffusion de l’information
- accès à l’information
- production de contenus adaptés
- prestations de services
- formation des acteurs locaux et des parties prenantes
- mobilisation de ressources
- développement de partenariats.

Implantation et critères de sélection des sites des CMC

 

Tout en cherchant à garder un certain équilibre entre les différentes régions du pays dans l’implantation des CMC, le projet privilégiera les zones rurales et périurbaines les plus affectées par la pauvreté et l’isolement.

 

Les critères suivants seront tenus en ligne de compte pour le choix des sites d’installation des CMC :

- Etre une radio, un télécentre, un centre de ressource TIC ou Centre Culturel Régional, un Centre de Lecture et d’Animation Culturelle, une structure multimédia socioéconomique ou un projet de radio communautaire
- Etre l’émanation d’une organisation, d’une collectivité locale
-Être bien implanté dans la communauté et avoir une capacité de mobilisation communautaire
- Etre porteur de dynamique économique, sociale et culturelle
- Prendre en compte les besoins des femmes et des jeunes
- Etre capable de saisir les besoins des populations en informations et TIC et d’y apporter une réponse
- Etre prêt à assurer la contribution des communautés
- Avoir atteint des résultats conséquents et/ou avoir un potentiel d’évolution
- Etre disposé à fournir une étude de faisabilité technique et économique du CMC.


Les parties prenantes du projet

- L’UNESCO
- Le Gouvernement du Sénégal
- La Coopération Suisse au Sénégal
- Les collectivités locales
- Les organisations communautaires de base, les organisations de la société civile
- Les projets de développement
- Le secteur privé

La mise en œuvre

 

La mise en œuvre du projet de passage à grande échelle des CMC se fera sur une période de deux ans répartie en 3 phases au cours desquelles, les 20 CMC seront progressivement installés.

- La phase I d’une durée de 6 mois devrait enregistrer la mise en place d’au moins 5 CMC
- La phase II d’une durée de 12 mois devrait voir l’installation de 10 CMC
- La phase III d’une durée de 6 mois devrait finir avec la mise en place des 5 CMC restants.

Les organes chargés du management et du suivi

 

Au niveau national :

- Un Comité de coordination,
- Un Comité de pilotage national,
- Un Groupe de travail des partenaires internationaux,
- Une Equipe de projet.

Au niveau local :

- Un Comité de pilotage local,
- Un Comité de gestion du CMC,
- Un Gérant responsable direct du CMC.

 

 

 

 

© 2005 - Village Suisse ONG